logo editions du canoe defaut

Éditions du Canoë

Tout vaut la peine si l'âme n'est pas petite
Fernando Pessoa

editions du canoe Bamboo SongBilly Dranty

Advers/Attract obstruct

Ce livre important en contient deux : Advers et Attract obstruct, qui se répondent organiquement, sur le mode d’une structure dense et ramifiée. Le premier se veut un « espace sauvage d’expectoration », où le vers combattif et sans concession progresse par saccades, saccages et scansions, pour se défaire de la « glu » des tricheries, qui est aussi celle du lyrisme. Logique de rupture, donc, pour trouver une voix à un je démembré, qui cherche à se réinventer une naissance. Le second, tendu dans le feu entre attachement et arrachement, décline par blocs de discours amoureux les étapes d’une intrigue en suspens(e). Du « OUI en pléthore » d’un éros révolutionnaire qui voit poindre le noeud des corps, on s’inquiète finalement d’un lieu absent, entre-deux, à l’image d’un texte qui hésite, donc se pose la question de sa forme, adverse et adversifiée.

 

advers_581135133
16,00 € each


_______________________________________

 

Mazrim Ohrti, Poezibao

 

Billy Dranty est de ces poètes qui œuvrent dans leur coin, loin des conciliabules du landerneau concerné. Auteur ici de son quatorzième livre (pas moins), ses premiers écrits furent publiés aux éditions Fissile animées par Cédric Demangeot, disparu cette année. La couverture du présent recueil se voit d’ailleurs ornée d’une illustration de celui-ci, également ami de l’auteur. Le moins qu’on puisse dire à propos de Billy Dranty, grand filleul du Grand Jeu (voir les éditions Ypsilon), c’est que sa patte s’ancre dans l’originalité. Le mot est matière première issue de strates profondes selon un art de la fouille bien à lui confinant au délit. Plus géologue que géographe, le style de cet homo faber s’est forgé en même temps que l’outil pour ce faire. Créer, c’est se créer comme le démontrait un certain Bergson. Pour qui aurait du mal à entrer dans cette écriture il suffit de se dire que Billy Dranty nous soumet à notre propre incompréhension, nous renvoie à notre singularité égarée dans cet espace visible appelé réalité. Son écriture est totalement affranchie des thèmes et registres classiques ainsi que des grandes questions existentielles, de nos codes et références ordinaires. L’émotion qui en ressort s’éclaire sur des instances de l’individu qu’on dirait encore non explorées, au mieux peu sollicitées.

On pourrait parler, pour situer cette écriture, d’une sorte d’absolu lyrique (critique ?), taillée dans l’urgence (de fuir la face visible du présent). En cela, proche d’une forme de poésie concrète à la manière d’un René Ghil, poète peu connu mais d’exception. Une écriture, en tout cas, au-delà de laquelle n’existe que la mer empoisonnée. A moins que l’expérience de notre « Advers » permette de s’évader de soi-même, de découvrir son avers dépravé, comme dé-sublimé, à partir de l’idée qu’on est d’abord tous (peu ou prou) son propre adver… saire. Cette dépravation repose sur un champ lexical qui ne reflète pas un esprit plus torturé que la moyenne, mais s’inscrit dans une écriture suspendue au-dessus du vide, visant à augmenter la perception de son auteur et celle du lecteur ainsi révélé à soi-même : « plan foutu du plan fané / pourrissement amplifié / par l’ass / ez rôdant / à l’envi braqué / atmosphère désarmée / culminant au / point mort ». Cette poésie organique, baroque, nous intime de la lire à voix haute pour en saisir toute la teneur expérimentale, dans un style refusant à la fois classicisme et avant-garde, toute la violence d’énonciation basée sur le geste, le rythme corporel. Les poèmes brefs et incisifs du début nous rendent derviches tourneurs sans aucun entraînement à « charpenter le démembrement / arpenter les cassures (…) ». Les allitérations dans le slam ou le rap, trouvant prestige en amont chez Racine ou Voltaire, exacerbent la gymnastique de la langue au point de flirter ici avec les langues à clics des Bushmen. Idéolangue en opposition à novlangue. C’est chirurgical. Billy Dranty écartèle sa muse avant même qu’elle ne lui mette le grappin dessus, jusqu’à « l’usure hélant / l’échappée belliqueuse / par coulures d’ancre / hissant la vue / exaltée ». Effet de fausse pompe, ça et là, suscitant curiosité et relecture jubilatoire. Il n’est pas donné à tout le monde de se sentir d’une « humeur gueuse » de mettre ses « emphases au tapis ». L’auteur massacre, on l’aura compris, la langue consumériste, en commençant par rejeter toute syntaxe, jusques-et-y compris celle du solécisme actuel en tant que lien social et attitude. Ses références aux auteurs tels que Romain Gary, Jarry ou Cioran (pour ne citer qu’eux) confirment cette position de franc-tireur. Les sections « Ruptoire » et Scalpult » dévoilent « cent sept ans de chieries / imbitables éprouvées » et exhibent « les pinceaux temporels des selles d’adieux » comme seuls vrais trophées de ce temps. On aurait envie de clamer « poètes vos papiers » avec le lion Ferré, en opposition à la poésie sous ses critères communs d’ornement. La fracture est ouverte pour qui ose y entrer. Plus on avance plus l’on se laisse aller à cet appel de la chair à l’élasticité imprévisible sous ses « hors-postures », « contre-cachotterie » et « crampe-limite ».

Le deuxième livre, intitulé « Attract obstruct », est horizontal à l’inverse de la mise en coupe et en vers du premier. On accède aux limbes pressentis, dans une « Forme avalée de voir », sur un « Fumier pauvre », où « Faire le serrement dès l’occasion rêvée dans un possible en phase ». Ce possible-là est hors temps, hors espace et c’est précisément ce qui le rend intéressant. Billy Dranty, une fois encore, démontre que la poésie peut être aussi la ligne de séparation la plus sûre entre la temporalité irréductible de l’homme et son histoire circonscrite par le monde visible, du spectacle permanent. Le lecteur aventureux qui ne craindrait pas les cahots en suivant cette ligne au risque de perdre en chemin son identité culturelle qu’il pensait indépassable, découvrira alors peu à peu comment s’est fixée la chose réelle sur le papier, unicellulaire, insolite, déconcertante, autonome en ses mouvements, en tant que matière de l’esprit insoupçonnable, au fond si peu de ce monde. 


source : https://poezibao.typepad.com/

 

Paiement sécurisé

paiement securise paypal

Où trouver nos livres ?

Dans toutes les librairies qui voudront bien les commander. 
Consulter le site "Place des Libraires"

Diffusion : Paon Diffusion - Distribution : Serendip-livres

paon diffusionserendrip

Recevoir la lettre d'informations