logo editions du canoe defaut

Éditions du Canoë

Tout vaut la peine si l'âme n'est pas petite
Fernando Pessoa

Henri Raczymow - Une saison avec LuceHenri Raczymow

Une saison avec Luce

Le narrateur, Henri, écrivain débutant, amoureux de l’œuvre de Proust qui le tétanise et le fascine, s’éprend de Luce, une des jeunes filles d’un trio de copines qui habitent le temps d’un été la maison mitoyenne à celle où il atterrit avec un camarade dans un village du sud de la France. Elle se nomme Luce Simonet, avec un seul n, le même patronyme que celui d’Albertine. Elle est étudiante et prépare une dissertation sur Proust. Au fil de la liaison amoureuse qui se noue entre eux, Henri, tiraillé entre des sentiments mêlés, perçoit l’identité singulière de ce personnage d’Albertine dont l’orientation sexuelle (femme aimant les femmes) est une des clefs de la séduction et de l’emprise sur le narrateur de la Recherche. Mais un jour, sans crier gare, Luce, comme Albertine disparaît...
Nul n’a besoin d’être un érudit pour savourer l’art consommé, la grâce, l’humour qui animent le fil de ce récit qui peut se lire à différents niveaux suivant que l’on est ou non un connaisseur patenté de l’œuvre du maître. Ce qui est certain, c’est que Henri Raczymow réussit ici un double exploit : celui de transformer en roman les questions qu’il s’est posées en se penchant sur le personnage d’Albertine dans À la recherche du temps perdu et celui d’écrire une histoire d’amour incarnée et bouleversante

 

une_saison_avec_luce_-_henri_raczymow
18,00 € each


_______________________________________

 

Nathalie Agogué, Libération, 11 septembre 2022

 

Henri, écrivain en devenir, admiratif de l’œuvre de Proust, en vacances avec son ami Mathieu Szpiro, tombe amoureux de Luce, sa jeune voisine, étudiante rédigeant précisément une dissertation sur des personnages de Proust. Dès lors, on peut lire une saison avec Luce à l’aune d'Albertine disparue et tout fait miroir. Pour peu, il s’agirait d’un jeu où chercher l’équivalence. On peut aussi parfaitement ignorer les références sans que le livre y perde de son charme, de sa légèreté d’autant plus paradoxale que le sujet central, la souffrance amoureuse, est grave. Reste tout de même cette manière toute proustienne d’examiner à la loupe, jusqu’à la lie, les sentiments, les revers, les déceptions, l’attente, la jalousie, comme si l’auteur invitait Proust à jouer avec lui en lui laissant, avec tout le respect dû à un aîné, le choix d’instaurer ses propres règles.


_______________________________________

 

Marie Céhère, Bon pour la tête, 9 septembre 2022

 

lire l'article, cliquez ici


_______________________________________

 

Myriam Anissimov, Nonfiction, 2 septembre 2022

 

lire l'article, cliquez ici


_______________________________________

 

Josyane Savigneau invite Gil Ben Aych, Colette Lambrichs et Henri Raczymow sur RCJ (9 juin 2022)

 

Vidéo, cliquez ici

Paiement sécurisé

paiement securise paypal

Où trouver nos livres ?

Dans toutes les librairies qui voudront bien les commander. 
Consulter le site "Place des Libraires"

Diffusion : Paon Diffusion - Distribution : Serendip-livres

paon diffusionserendrip

Recevoir la lettre d'informations