logo editions du canoe defaut

Éditions du Canoë

Tout vaut la peine si l'âme n'est pas petite
Fernando Pessoa

Les Confessions d'un petit philosophe / AzorínAzorín

Les Confessions d'un petit philosophe

Les Confessions d’un petit philosophe font partie de ces textes qui, par leur concision et leur justesse, pénètrent le cœur des choses. En quarante-cinq chapitres, se succédant par touches, comme des fables sans morale, Azorín se souvient : de son enfance dans un village de l’arrière-pays d’Alicante, d’un ermite dont la seule occupation consistait à planter des arbres, du long périple pour se rendre au collège à Yecla, petite ville morne où se cristallisent l’ennui des études, l’émoi des premières lectures, la volonté d’échapper à l’autorité et à l’emprise de la religion...

Si Azorín se définit au moyen de l’adjectif « petit », c’est certes par modestie, mais aussi parce que cette prose en forme d’autobiographie, plutôt que de retracer les moments glorieux d’une vie, s’attache à des visions du quotidien, préfère décrire les autres (membres de la famille, maîtres d’école, apparitions fugaces au détour d’une rue...) plutôt que soi, et déploie une cartographie sensible, nostalgique, parfois ironique, qui rappelle par moments les courtes proses d’un Walser ou d’un Tozzi. Un texte parfait, étincelant de discrétion.

 

.

 

les_confessions_d_un_petit_philosophe_-_azorn
15,00 € each


_______________________________________

 

Philippe Leuckx, La Cause littéraire, 20 octobre 2022

 

Dans une prose simple et prenante, en petits chapitres d'une ou deux pages, Azorín relate son enfance, le collège austère, les prêtres, la mélancolie des villes d'alors, des petites vieilles qui récitent les neuvaines, et les oncles et tantes, tous vieux, tous englués dans les miasmes de la province espagnole. C'est la canicule, les moissons ne vont pas beaucoup donner et il y aura peu de vin.
Sous la plume d'Antonio Azorín, c'est toute l'enfance qui défile, c'est toute la vie qui a pu le nourrir. Le ton de ces quarante-sept chapitres, est tissé de nostalgie, de mélancolie, d'une angoisse indicible. Le « petit philosophe » n'use pas de grands mots ; sa philosophie, c'est la science de vivre au contact des siens, nourri d'une mémoire saine, et des valeurs universelles de bonté et de compréhension.
Les maisons, les lieux, les jardins ont pour lui l'agrément d'une vie solide : les murs parlent, les lieux ont de quoi nous conter, la vaste plaine qui s'étendait aux yeux de l'enfant fatigué au collège est pour lui une raison d'imaginer la vie, de la prolonger par l'esprit.
Il n'est pas important de posséder beaucoup : quelques vignes suffisent à l'oncle Antonio pour faire de lui un homme heureux et généreux. Il accueille souvent chez lui son neveu.
Ce petit livre, qui ressemble à des chroniques familiales, sans la lourdeur des comptes, des conflits ou autres considérations d'économe, nous apprend plus sur l'époque vécue que bien des traités.

Les cloîtres de l'établissement étaient vastes. Les dortoirs étaient situés au second étage. De longues rangées de lits blancs se détachaient sur la blancheur des murs.
(p. 31)

Une fois, dans la première moitié du XIXe siècle, un peintre passa par Yecla et fit le portrait de mon arrière-grand-père paternel. Nous n'avons pas réussi à savoir qui était ce peintre, mais son œuvre est une toile étrange qui a captivé Pio Baroja, le grand admirateur du Greco.
(p. 75)

L'auteur surprend son lecteur par une philosophie du banal, lorsqu'il commente par exemple l'intérêt existentiel des portes et des fenêtres. Il réussit à donner vie à des bouts de bois, parfois vermoulu, et à faire des lieux de vie, enclos de portes et de fenêtres, de véritables morceaux vivants. Et tout cela, dans une prose d'une simplicité souveraine, comme si de rien n'était.
L'épilogue de ce récit de vie boucle un parcours : devenu écrivain, l' « enfant » qu'il fut revient sur les lieux de sa formation, dans ce collège, qui a changé sans tout à fait changer, et il mesure alors le poids des ans, et la sourde mélancolie qui l'inonde.
C'est beau, universel, partageable.
Un très grand livre, quoique les pages soient peu nombreuses.

 

Paiement sécurisé

paiement securise paypal

Où trouver nos livres ?

Dans toutes les librairies qui voudront bien les commander. 
Consulter le site "Place des Libraires"

Diffusion : Paon Diffusion - Distribution : Serendip-livres

paon diffusionserendrip

Recevoir la lettre d'informations